CARNET D'ADRESSES

Tu l'as, tu as le pouvoir

Eco-Diplomatie : Qui sont ces nouveaux partenaires économiques de la Côte d’Ivoire

Pour accompagner la relance économique, la Côte d’Ivoire veut s’appuyer sur ses représentations diplomatiques à travers le monde afin de trouver de nouveaux partenaires. Bien vrai que cela ne soit pas nouveau en Côte d’Ivoire, le Ministère des Affaires Etrangères évite toute ambigüité lorsqu’il évoque la question de l’éco-diplomatie. Celle-ci « confère aux représentations diplomatiques et consulaires la mission de soutenir les efforts de relance économique du gouvernement et des organismes publics de promotion économique en servant d’interface entre les opérateurs privés nationaux et ceux des pays accrédités, afin de trouver de nouveaux débouchés pour les produits industriels ivoiriens et de mobiliser les investissements directs étrangers ». Les ambassadeurs en effet, ont toujours été des agents de développement, à savoir mobiliser de manière accrue les ressources extérieures, notamment financières et technologiques, faire la promotion commerciale, organiser et animer des forums promotionnels en rapport avec les secteurs clés de l’économie, et faire circuler l’information financière et économique. Sur le plan juridique, l’éco-diplomatie a été formalisée à travers la lettre de cadrage du Ministère des Affaires Etrangères datant de 2001, du décret portant attributions des membres du gouvernement de 2007 et la 2ème Conférence des Ambassadeurs.
A la conquête des pays d’Asie et du golf persique
Dans la feuille de route confiée aux ambassadeurs, figure une cible bien précise. Les représentations diplomatiques doivent en effet œuvrer à l’établissement de partenariats rénovés avec de nouveaux alliés représentés par les pays d’Asie et du golf persique. Jusqu’au début des années 2000 cette région du monde n’avait pas été suffisamment sollicité dans le cadre du financement du développement, la Côte d’Ivoire voulant privilégier les pays occidentaux notamment la France, l’ancien pays colonisateur et ses alliés que sont l’UE et les pays Angle-saxons (USA, Grande Bretagne, etc.). A ce jour la France constitue toujours le premier partenaire économique de la Côte d’Ivoire de très loin. Mais l’intérêt que la Côte d’Ivoire porte pour les pays du continent asiatique, en particulier les pays arabes, est de plus en plus croissant. Depuis le régime de Laurent Gbagbo, jusqu’à celui d’Alassane Ouattara, les Arabes sont une cible prioritaire. Ils sont courtisés et sollicités pour le financemenrde projets clés.
Des partenaires bilatéraux et multilatéraux
On voit apparaitre de nouveaux acteurs bilatéraux et multilatéraux comme la BID (Banque Islamique de Développement), la BADEA (Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique), etc. L’implication de la BADEA composé par les 18 pays membres de la ligue arabe dont l’Egypte, l’Arabie Saoudite, l’Irak, le Koweït et la Syrie, n’est pas une nouveauté. Depuis l’indépendance de la Côte d’Ivoire, elle investit environ 20,5 milliards de francs CFA (41 millions dé dollars US) dont 10 milliards (20 millions de dollars US) en cours de financement de projets, dont celui de la construction de trois centres de formation professionnelle. Seulement, ces financements sont jugés insuffisants. C’est pourquoi la Côte d’lvoire demande un effort financier plus important. Le lobbying du gouvernement ivoirien a conduit à l’organisation du premier conseil d’administration de la BADEA en terre non arabe en Côte d’Ivoire dans le courant de Mars 2012. Un conseil qui a été l’occasion pour Youssef Al Bassam, président du conseil d’administration de réaffirmer l’engagement de l’organisme à soutenir les efforts de relance économique en Côte d’Ivoire. Avec la BID, la Côte d’Ivoire a sollicité et obtenu plusieurs concours financiers dont le fonds destiné à la construction du tronçon routier Singrobo-Taabo sur l’autoroute du Nord pour un montant de 30 milliards de FCFA. Il faut noter également que la Côte d’Ivoire fait partie depuis 2001 de l’Organisation de la Conférence lslamique (OCI) en attendant des retombées économiques de cette intégration. Au plan bilatéral, le pays s’était focalisé antérieurement sur deux pays de la région à savoir le Liban et Israël, mais a décidé de s’ouvrir à d’autres pays comme la Palestine, la Syrie, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, le Koweït, le Barhein, l’Oman et le Yémen. La raison est purement d’ordre économique, financière et technique. Avec un pays comme l’Iran, les relations sont surtout commerciales. Le volume des transactions varient d’une année à l’autre. De 4 milliards en 1999, ils sont passés à un peu plus de 2 milliards en 2003. Ce qu’il faut noter c’est que la coopération avec les pays du golf persique et du moyen orient demeure encore faible. Les partenaires les plus importants demeurent multilatéraux à l’image de la BADEA et de la BID. L’importance n’est que relative car les montants investis sont encore faibles par rapport à l’apport des pays occidentaux. Il faut donc que l’écodiplomatie s’active afin de permettre un afflux des ressources extérieures de cette région du monde vers la Côte d’Ivoire. A ces pays, il faut ajouter les pays magrébins notamment le Maroc (expertise en matière de logement sociaux, fabrication de ciments, de banques et hôtellerie).
Le regard se tourne vers les pays émergents
Dans le cadre de mise de la diplomatie au service de l’économie, la Côte d’Ivoire lorgne vers les pays émergents. L’une de leurs cibles favorites demeure la deuxième puissance économique mondiale qu’est la Chine. Depuis la décennie 2000, cette nation tente de faire de l’ombre aux pays occidentaux en Afrique en investissant en masse dans les Etats africains, faisant perdre des marchés à ces derniers. La Chine et la Côte d’Ivoire se vouent un intérêt réciproque. On pourrait même dire que les diplomates n’ont véritablement pas besoin de s’activer tellement la Chine s’est lancée dans une offensive économique et financière vers tous les pays africains. Ces intérêts sont diversifiés : infrastructures économiques et énergétiques (pont de Bouaflé, autoroute de Grand-Bassam, financement de la SIR, etc.), Technologie de l’Information et de la Communication (construction du réseau haut débit de fibre optique à San Pedro en direction de tout le pays financé par la société Huawei, intérêt pour le passage au numérique etc.), agriculture (transformation agricole, financement PNIA), etc. L’intérêt de la Chine pour la Côte d’Ivoire ne cesse de croitre mais cela n’empêche par les diplomates de s’activer. Après la deuxième édition des Journées de Promotion Economique
et Commerciale de la Côte d’Ivoire en Chine organisée par l’Ambassade de Côte d’Ivoire en Chine en partenariat avec le CEPICI, le BNEDT et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI). Le Président de la République s’est lui­-même rendu dans ce pays en juillet 2012 pour inviter les Chinois à venir investir en Côte d’Ivoire. Marchant ainsi dans les pas de son prédécesseur Laurent Gbagbo qui a été le premier a faire de ce pays un nouveau partenaire de référence de la Côte d’Ivoire. Il n’ y a pas que la Chine. L’Inde figure en bonne place également. Mais les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et l’Inde demeurent faibles au regard des potentialités des deux pays. Les exportations vers l’Inde se chiffrent à 59, 8 milliards de F en 2002 et 43,7 milliards en 2003 F. La Côte d’Ivoire tente également d’obtenir l’expertise indienne en matière de Technologie de l’Information et de la Communication dans le cadre du VITIB. Derrière la chine et l’Inde, se trouvent également des pays comme la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud.

Source : Le Journal de l’Economie n° 191 du lundi 7 au dimanche 13 janvier 2013, p.8 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :