CARNET D'ADRESSES

Tu l'as, tu as le pouvoir

Les courtiers peuvent-ils ignorer Twitter pour le #trading ?

marche-finance-trading-traderHugh Cumberland, de Colt, se demande si les courtiers qui négligent le rôle de l’analyse de l’opinion en ligne ne risquent pas d’être dédaignés par les gestionnaires d’actifs buy side.

Gordon Gekko, interprété par Michael Douglas, l’exprime parfaitement dans le film Wall Street : «Le bien le plus précieux que je connaisse, c’est l’information.»

Cette phrase semble plus appropriée que jamais, dans un marché boursier régi par le croisement des données.  La dernière contribution à cette surabondance de données, est l’analyse des médias sociaux.

Les courtiers et les autres acteurs du marché financier ont désormais la possibilité de sonder et surveiller l’activité sociale à travers des sites comme Twitter et Facebook. Ils peuvent catégoriser les conversations et utiliser ces données dans des algorithmes, pour déterminer des stratégies de trading.

Est-ce nouveau ? Pas vraiment. L’analyse de l’opinion n’est pas si éloignée de ce que les acteurs du marché pratiquaient pendant des décennies. La différence est qu’aujourd’hui, les conversations liées aux actions sont menées en ligne, et l’humeur générale du public peut être agrégée et évaluée par des outils qui permettent de prédire l’évolution probable des prix.

Des réseaux sociaux tels que Twitter ont considérablement transformé le volume et la fréquence des informations sur les prix. L’existence d’outils tels que StockTwit – conçu pour analyser la tendance de l’opinion sur les média sociaux – prouve que les médias sociaux ont leur place dans le monde des marchés financiers.

La société a déjà levé un financement de 8,6 millions de dollars et compte environ 200 000 utilisateurs. Elle espère devenir l’équivalent financier de Facebook, mais a aussi récemment lancé une nouvelle version ciblant les professionnels des Relations Investisseurs pour les entreprises du Fortune 500.

L’ampleur de l’activité sur les médias sociaux est telle que les courtiers et les traders ne sont pas les seuls qui peuvent en bénéficier. Le buy side peut aussi entrer dans la course : les gestionnaires d’actifs peuvent en effet désormais se passer des  courtiers qui se basent sur des formes plus traditionnelles d’évaluation des données.

Pourquoi un gestionnaire d’actifs dépenserait-il du temps et de l’argent pour parler à leur courtier et obtenir des recommandations, quand ils peuvent soit se tourner vers un autre fournisseur, soit investir dans les outils d’analyse appropriés pour évaluer l’information eux-mêmes ?

Tout comme les courtiers, les gestionnaires d’actifs peuvent analyser le mouvement de fond de l’opinion et découvrir de meilleures valeurs et réaliser des marges plus importantes : une exigence croissante dans un marché profondément fragmenté et volatile. L’analyse de Twitter peut faire une différence énorme lorsqu’il s’agit d’exécuter les ordres des clients afin de s’assurer que l’activité reflète les améliorations de prix du marché, ou encore pour fournir de nouvelles informations sur l’exécution probable de la transaction.

La disponibilité croissante d’outils d’analyse des médias sociaux est pour de nombreux courtiers une épée à double tranchant. Ceux qui ne parviennent pas à s’adapter rapidement aux nouvelles technologies risquent d’être boudés par le buy side.

Comme pour toute nouvelle technologie, il peut y avoir une période où la maturité du produit ne correspond pas exactement aux attentes. Par exemple, Derwent Capital, le fonds d’investissement mis en place par Paul Hawtin dont la stratégie reposait sur l’analyse des sentiments, était probablement un peu en avance sur son temps.

Les acteurs qui réussiront seront ceux qui utilisent des outils d’analyse du sentiment, comme la nouvelle plateforme de trading DCM dealer <http://mashable.com/2013/01/14/dcm-dealer/&gt; imaginée par Hawtin, dans le cadre d’une stratégie plus large de négociation, plutôt qu’en tant que source d’information unique.

Quel que soit son rôle dans le cycle de négociation, la veille des médias sociaux nécessitera le support d’une infrastructure, semblable à la plupart des activités sur les marchés financiers aujourd’hui. Pour que les données extraites de millions de tweets puissent être pertinentes, elles doivent être faciles d’accès et simples à analyser, permettant à l’utilisateur de distinguer l’information utile du bruit.

Ce n’est pas si difficile à gérer, mais le programme, le stockage et la bande passante doivent impérativement être adaptés, pour assurer qu’un pic de conversations soudain, créé par une marque  devenue un «trending topic» sur Twitter  pendant une crise, ou une publicité virale, ne va pas dépasser la bande passante disponible ou la capacité de stockage.

Par exemple, si un trader cherche à vendre à découvert, les données doivent être consultées et analysées le plus rapidement possible. Par contre, si un trader devait adopter une stratégie d’investissement à long terme, il devrait être en mesure d’analyser de grandes quantités de données sur une longue période de temps.

Les acteurs du sell side qui réagissent rapidement pour adopter cette approche, se positionneront en tant que conseillers avisés auprès du buy side, plutôt que comme des vendeurs à la commission comme par le passé.

L’analyse des médias sociaux offre un avantage concurrentiel pour les courtiers qui non seulement en comprennent les possibilités, mais qui en apprécient également les limites.

Les entreprises gagnantes seront celles dont l’infrastructure informatique sera suffisamment flexible pour offrir les ressources importantes nécessaires à l’analyse des données ainsi que les entreprises qui utilisent cette analyse pour innover et, finalement, créer de la valeur pour le buy side. Ceux qui ne s’y mettent pas rapidement risquent de voir s’éroder une précieuse relation.

Source : www.news-banques.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :