CARNET D'ADRESSES

Tu l'as, tu as le pouvoir

Compliance et due diligence de réputation : vers une segmentation croissante

complianceLE CERCLE. La croissance des pratiques de Compliance dans les grandes entreprises multiplie les recours à des prestataires de due diligence de réputation et d’intégrité.

Ces intervenants collectent des informations sur les partenaires, fournisseurs et autres contreparties de l’entreprise, puis délivrent des rapports selon un format standard préétabli.

Les processus de production de ces rapports sont de plus en plus industrialisés. Cette évolution marque-t-elle la fin des due diligence de réputation approfondis, ou au contraire leur renouveau ?

La « commoditization » croissante des due diligence de réputation

Souvenez-vous, c’était il y a 20 ans : quelques sociétés anglo-saxonnes spécialisées en intelligence économique commercialisaient fort cher des prestations exotiques, que l’on pouvait regrouper sous le vocable quelque peu barbare de « integrity due diligence ».

Avant de s’engager dans une acquisition ou un partenariat, il s’agissait pour un client de demander un rapport permettant de s’assurer du sérieux et des réalisations passées de son futur partenaire.

Ces prestations sur-mesure consistaient en des recherches approfondies, reposant sur l’exploitation des données publiques (registres du commerce, tribunaux, archives de presse…) ainsi que sur des techniques d’entretien. Pour rappel, l’Internet comme outil de recherche d’informations n’était pas encore né.

Depuis lors, bien de l’eau a coulé sous les ponts. Les acteurs économiques sont soumis de façon croissante, par les autorités de régulation, à des obligations de diligence sur leurs contreparties.

Ainsi, les banques ont été invitées à scruter de façon systématique le profil de certaines catégories de clients, dans le contexte de législations anti-blanchiment. Les entreprises multinationales, particulièrement celles soumises à la législation américaine FCPA, ont été amenées à développer des politiques systématiques de revue de leurs contreparties (fournisseurs, distributeurs, agents locaux…).

Pendant ce temps, la masse d’informations disponibles en ligne, et souvent en anglais, a augmenté de façon exponentielle. Corollaire de ces évolutions, de nouveaux prestataires de services de due diligence ont émergé : bâtis sur un modèle industriel, ils emploient pour certains des équipes de dizaines d’analystes anglophones, parfois concentrés dans des pays à bas coût (Inde, Asie du Sud-Est, Pologne…).

Ces acteurs offrent la capacité de traiter des volumes de demande importants, et de générer dans des délais brefs, et à des coûts décroissants, des rapports standards sur des sociétés ou des dirigeants partout dans le monde.

Cette évolution du marché a-t-elle renvoyé les « integrity due diligences » d’il y a 20 ans au rayon des antiquités ?

Compliance et connaissance : des démarches complémentaires qui ne se recoupent pas forcément

La démarche de Compliance vise à protéger l’organisation par une recherche d’informations proportionnée à l’objectif. Nul besoin de rentrer dans le détail de l’information pour satisfaire aux obligations de diligence fixées à l’entreprise. Néanmoins, la vie des affaires continue à générer des situations où il est déterminant, pour une équipe de direction, de recueillir des informations très détaillées sur un futur partenaire.

De façon typique, le prestataire en intelligence économique sera approché par un client qui lui fera la demande suivante : « J’ai déjà un rapport de base sur la société X qui contient toutes les données presse et les listes de sanctions internationales. Mais il me faut quelque chose de beaucoup plus détaillé pour décider de poursuivre ou pas avec ce partenaire potentiel ».

Dans ces cas-là, les recettes du passé restent d’actualité : il convient de développer une stratégie de recherche sur mesure. Au-delà des sources publiques internationales, il s’agira d’exploiter les documents ou archives en langue locale, parfois disponibles uniquement en version papier. Il conviendra surtout de conduire des entretiens avec des personnes qualifiées, afin d’approfondir et de recouper les informations obtenues.

Ces étapes successives sont nécessaires à la résolution de questions complexes, telles que : « Des hauts fonctionnaires figurent-ils parmi les bénéficiaires économiques occultes de la compagnie pétrolière africaine dans laquelle je m’apprête à investir ? » ; « J’envisage de rémunérer comme apporteur d’affaires en Ukraine un ancien membre du parlement très influent, mais accusé de corruption par ses opposants : pouvez-vous faire la part des choses entre rumeurs et faits avérés ? »

Par conséquent, le marché de la due diligence de réputation a connu une profonde mutation, marquée par une segmentation croissante : démarche de Compliance et recherche de connaissance répondent à des objectifs différents, et sollicitent donc des outils tout aussi différents.

Source : www.lesechos.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :