CARNET D'ADRESSES

Tu l'as, tu as le pouvoir

LES OMD en Côte d’Ivoire

presentacion1Présentation des OMD
Les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont servi de cadre commun pour l’action et la coopération au niveau mondial sur le développement depuis leur adoption en 2000 par la communauté internationale. D’importants progrès ont été obtenus à divers niveaux.

Moins de trois années avant l’échéance de 2015 fixée pour leur réalisation, la Côte d’Ivoire a enregistré des progrès lents en raison de la longue crise socio-politique (1999-2011) qu’elle a traversé et qui a annihilé les efforts entrepris par le Gouvernement. Le pays est classé en 2012 à la 168ème place sur 187 avec un Indice de Développement Humain (IDH) de 0,432 contre 0,400 en 2011 et 0,397 en 2010.

L’évaluation de la réalisation des OMD en Côte d’Ivoire fait apparaitre des retards dans la lutte contre la pauvreté et de faibles progrès dans l’éducation primaire, la parité dans l’éducation primaire, l’autonomisation des femmes, la santé maternelle et infantile. Les progrès les plus significatifs sont enregistrés en matière de lutte contre le VIH/SIDA et l’approvisionnement en eau potable.

En remplacement du DSRP 2009-2013 basé sur les OMD, le pays s’est doté d’un Plan National de Développement (PND 2012-2015) adopté en mars 2012 qui est le nouveau cadre de référence de mise en œuvre et de suivi des interventions en faveur de la réalisation des OMD. Le coût global du PND est estimé à 11.076 milliards FCFA, soit 22 milliards de dollars américains. Le pays a atteint le point d’achèvement de l’IPPTE en juin 2012, renouer avec la plus part de ses partenaires au développement et bénéficier d’une mobilisation importante de financement lors de l’organisation de son groupe consultatif pour le financement du PND.

Situation des OMD en Côte d’Ivoire
Les tendances observées montrent que la pauvreté s’est aggravée passant d’un taux de 32,3% en 1993 à 38,4% en 2002 puis à 48,9% en 2008 alors que l’objectif était de réduire ce taux à 16% en 2015. Ce taux se révélait plus élevée en 2008 en milieu rural (62,5%) qu’en milieu urbain (29,5%). Quant au chômage, il se situe en 2012 à 9,4% , en diminution de 8,1 points de moins que son niveau de 2008 (17,5%) en 2008 où il a atteint son niveau le plus élevé, et 13,1 en 2008 et 8,9% en 1998. Il était plus accentué chez les jeunes de la tranche d’âge des 15-24 ans en 2008 (24%).

Le taux net de scolarisation dans le primaire a stagné et se situait à 56% en 2008 et 2002. Des disparités significatives existent au niveau des régions et entre garçons (58,6%) et filles (51,3%) en 2006. Le taux d’alphabétisation des personnes ayant entre 15 et 24 ans a baissé passant de 60% en 1998 à 59% en 2002 et 53% en 2008. L’analphabétisme est très élevé dans la population féminine avec un taux d’environ 60% en 2006.

L’indice de parité entre sexe dans l’enseignement primaire est en constante progression et se situait à 0,88 en 2008 contre 0,77 en 1997 et 0,81 en 2000. Dans l’enseignement secondaire la parité entre sexe est passée de 0,47 en 1990 à 0,54 en 2002. Toutefois, les femmes restent les plus exposées à l’analphabétisme. Le taux d’alphabétisation des femmes de 15-24 ans était de 40% en 2006, dont 50% en milieu urbain et 28% en milieu rural. La représentativité des femmes dans les institutions de l’Etat (Parlement et Gouvernement) progresse lentement, environ 10% des sièges au parlement sont occupés depuis les dernières législatives de 2011 par des femmes par rapport aux législatures de 2000 (8,5%) et de 1990 (5,7%).

Les indicateurs de santé enregistrent quelques progrès lents dus au faible investissement dans le secteur. En effet, la mortalité des enfants de moins de cinq ans reste préoccupante même si quelques progrès sont enregistrés. Le taux a augmenté entre 1994 (149 décès pour 1000 naissances vivantes) et 1998 puis reculé en 2005 (125‰) et 2012 (108‰). Quant à la santé maternelle, elle reste précaire en 2012 (614 décès pour 100 000 naissances vivantes) contre précédemment 470 en 2008, 543 en 2005 et 597 en 1994, très loin des 150 décès pour cent mille naissances fixé pour l’horizon 2015. Les indicateurs relatifs au paludisme, à la tuberculose et au vih/sida (3,7% en 2012 contre 4,7% en 2005 des 15-49 ans pour un objectif fixé de 1,8% en 2015) enregistrent des progrès dus aux différents financements et fonds extérieurs dont bénéficient le pays.

La préservation de l’environnement durable connait quelques faiblesses et les écosystèmes se dégradent globalement dans le pays. Des progrès sont néanmoins notés dans l’accès à l’eau potable (61% en 2008).

Source: ci.undp.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :